Passion Plume ©


Sur le versant caraïbéen du Volcan Tenorio

par Laval Roy

 

4 mars 2009

Aujourd'hui, journée de déplacement vers le nord ouest et les flancs du volcan Tenorio. Nous faisons un petit tour dans le jardin de Laguna del Lagarto avant le petit déjeuner. Nous ajoutons deux espèces de colibris: les Ermite bronzé (Bronzy Hermit) et Campyloptère de Cuvier (Scaly-breasted Hummingbird). Un Ara rouge (Scarlet Macaw) solitaire et silencieux nous survole. Sans doute un veuf ou une veuve, car ces gros perroquets ont l'habitude de voler en couple.

Départ vers 8h00. Nous refaisons les kilomètres de route cahoteuse jusqu'à Pital. Nous retrouvons ensuite les routes asphaltées et nous filons avec un petit arrêt pour acheter de l'eau et un autre pour mettre de l'essence. À cet endroit, nous observons le Quiscale chanteur (Melodious Blackbird) et le Pic or-olive (Golden-olive Woodpecker). Vers midi, juste avant d'arriver à Upala, nous arrêtons en bordure d'un étang où il semble y avoir de l'action. Nous trouvons notre premier rassemblement d'oiseaux associés aux milieux aquatiques et nous ajoutons huit nouvelles espèces pour le voyage: Sarcelle à ailes bleues (Blue-winged Teal), Cormoran vigua (Neotropic Cormorant), Tantale d'Amérique (Wood Stork), Aigrette bleue (Little Blue Heron), Spatule rosée (Roseate Spoonbill), Ibis blanc (White Ibis), Pluvier kildir (Killdeer) et Échasse d'Amérique (Black-necked Stilt).

Il est 13h15 lorsque nous arrivons au Celeste Mountain Lodge, juché à flanc de montagne et à 700 mètres d'altitude. La vue sur la vallée en contrebas est impressionnante et nous promet de belles découvertes. C'est d'ailleurs une Buse blanche (White Hawk), perchée en arrière du lodge, qui nous souhaite la bienvenue. Cet écolodge moderne, vieux de seulement quinze mois, a été ouvert par Joel Marshal, un français d'origine demeurant depuis plusieurs années au Costa Rica. Après une vingtaine d'années dans le monde du tourisme, il est bien placé pour connaître les goûts et les tendances des voyageurs. Vous pouvez consulter leur site .

Le Celeste Mountain Lodge, tel que vu du chemin y menant. Photo Anne Déry.

Atrium du Celeste Mountain Lodge. Photo Anne Déry.                      Vue à partir de l'atrium. Photo Anne Déry.

Observation en face de l'auberge. Photo Line Bruneau.Après un bon repas, nous partons explorer les environs. Jean Jacques se dirige à l'avant du lodge où il emprunte un petit sentier boueux et glissant afin d'aller vérifier si le Motmot nain (Tody Motmot) est toujours dans les parages. Aussitôt qu'il laisse échapper le chant de l'oiseau, ce dernier s'approche. Jean Jacques n'insiste pas, car il est seul et il ne veut pas déranger l'oiseau. Il remonte nous dire que l'oiseau est bien là, mais que le sentier est très dangereux et qu'il serait préférable d'attendre au lendemain pour que l'on y descende tous. Nous acquiesçons et nous décidons de remettre cette observation au lendemain. La route que nous empruntons ensuite à pied est en quelque sorte la suite de la route principale qui passe en avant du lodge. Comme cette route était très vallonnée, les autorités municipales ont fait venir de la grosse machinerie afin d'ameublir la terre et la niveler. À cause de la pluie inhabituelle des derniers jours (pour ne pas dire des dernières semaines), la machinerie s'est embourbée et il a fallu utiliser beaucoup d'ingéniosité pour la tirer du pétrin. Après coup, il s'avère que ces travaux ne furent pas une très bonne idée. Je ne sais pas combien de temps il faudra avant que le sol ne retrouve sa compaction originale. Aujourd'hui,  nous avançons très lentement sur un terrain glaiseux. Et comme pour en ajouter, nous n'avons pas fait trente mètres sur cette route que la pluie recommence de plus belle. Le vent aidant, il est presque impossible de percevoir les mouvements des oiseaux à travers le feuillage. De toutes façons, il y en a peu et les bruits sont étouffés par la pluie qui tombe sur les feuilles. Nous persistons quand même et nous finissons par faire quelques découvertes, mais plus auditives que visuelles. Le très énergique Todirostre chevelu (Scale-crested Pygmy-Tyrant) nous signale sa présence avec son cri tellement puissant pour un oiseau de si petite taille, mais il reste immobile dans la frondaison. Un peu plus loin, nous entendons un groupe d'oiseaux. Jean Jacques reconnaît le chant de la Paruline à calotte rousse (Rufous-capped Warbler) et les sifflements aigus émis par le Tangara Olive (Carmiol's Tanager). Comme nous grimpons, nous avons une vue sur la canopée des arbres plus bas. Malgré que nous entendons très bien les oiseaux, IMPOSSIBLE de les localiser. Soudain, un Oxyrhynque huppé (Sharpbill) laisse échapper son cri caractéristique. Je suis tout excité, car c'est la première fois que j'en entends un "en vivo". Ma première observation de cette espèce très difficile à localiser s'étant faite en novembre 2008, sur la Escalera Road au Venezuela, je me sens tout à fait comblé de pouvoir l'identifier par son chant. À force de recherches, nous finissons par apercevoir quelques espèces de tangaras, mais impossible de mettre la jumelle sur l'oxyrhynque.

De retour au lodge vers 17h30, quelques participants décident d'arpenter un sentier étroit à l'arrière du bâtiment principal. Cette balade a une saveur toute québécoise en procurant les Moucherolle à côté olive (Olive-sided Warbler), Paruline à calotte noire (Wilson's Warbler) et Paruline du Canada (Canada Warbler).

Liste quotidienne vers 18h30, suivie d'un délicieux souper. Joel se fait un point d'honneur d'offrir des mets typiques au Costa Rica, préparés avec des aliments provenant des cultures locales. La soupe est d'inspiration aztèque et elle comprend tomates, avocat, fromage et morceaux de tortilla. Le met principal est du poisson servi dans une sauce contenant un vin local, le coyol. Celui-ci est en fait la sève récoltée à partir d'un palmier du genre Acrocomia et qui fermente au soleil. Le résultat est un liquide saumâtre, jaunâtre et quelque peu alcoolisé. Le dessert est typiquement costaricien, le "tres leche".

La liste quotidienne fait état de 134 espèces observées en cette quatrième journée et nous sommes à 224 espèces pour la liste du voyage.

5 mars 2009

Aujourd'hui, changement au programme. Au lieu d'aller au parc du volcan Tenorio (versant caraïbe), nous allons plutôt au parc de Palo Verde (versant pacifique). Nous sommes à une heure de véhicule de chacun de ces parcs et nous décidons d'aller du côté pacifique. Là où le soleil et la chaleur seront présents. Voir la suite du rapport pour cette journée sur la page suivante.

6 mars 2009

Il me semble qu'il a plu toute la nuit et ça continue au petit matin. Avant le petit déjeuner à 07h00, nous surprenons un immature de Tangara orangé (Hepatic Tanager) qui se tient aux abords du lodge et qui se nourrit de papillons nocturnes. Puis départ pour le Parque Nacional Volcano Tenorio. Ce parc n'est pas très loin, une quinzaine de kilomètres, mais le trajet se fait principalement sur des routes étroites et très cahoteuses. En cours de route, nous faisons une couple d'arrêts permettant quelques observations: Sporophile grand-chanteur (Yellow-faced Grassquit), Troglodyte à gorge noire (Black-throated Wren), Élénie à ventre jaune (Yellow-bellied Elaenia), Ortalide à tête grise (Gray-headed Chachalaca), Pic enfumé (Smoky-brown Woodpecker) et Tyranneau imberbe (Northern Beardless- Tyrannulet). 

Nous arrivons au parc pendant une grosse averse et nous devons attendre un peu qu'elle passe avant d'aller dans le sentier qui mène à la Catarata Celeste aux eaux turquoises, à un kilomètre et demi plus loin. La pluie nous accompagne tout le long du parcours, ce qui fait que les oiseaux ne sont pas faciles à trouver. Mais nous avons de belles surprises. Il y a énormément de merles et nous apercevons plusieurs Merles à gorge blanche (White-throated Thrush) et un seul Merle cul-blanc (Pale-vented Thrush) qui passe en troisième vitesse et qui ne sera reconnu que par Jean Jacques. Un Troglodyte chanteur (Song Wren) se montre coopératif et il est observé par la majorité. Un Motmot à bec large (Broad-billed Motmot) vient se percher ostensiblement et très près de nous. Comme il pleut beaucoup, les eaux de la chute sont grises et elles n'ont rien pour nous impressionner. Deux espèces seront seulement entendues dans ces parages, soient les Fourmilier ocellé (Ocellated Antbird) et Grive à tête noire (Black-headed Nightingale-Thrush). Retour à l'entrée du parc pour le dîner. Nous dégustons les bonnes sandwiches préparées avec soin par l'équipe du Celeste Mountain Lodge.

Le groupe sous la pluie au PN du Volcan Tenorio. Photo Anne Déry.           La chute du Rio Celeste. L'eau gonflée par les pluies n'avait pas sa couleur bleue habituelle. Photo Anne Déry.

La pluie cesse enfin et nous décidons de retourner dans le sentier pour un petit bout de temps. Les oiseaux sont plus présents et surtout plus actifs. Le premier à se laisser admirer est le Troglodyte flammé (Stripe-breasted Wren). Il répond très bien à l'enregistrement de Jean Jacques. Un petit groupe d'espèces mixtes passent et nous reconnaissons les Calliste safran (Silver-throated Tanager), Calliste émeraude (Emerald Tanager) et Tangara des buissons (Common Bush-Tanager). Un peu plus loin, Anne repère et identifie un Pic à ailes rousses (Rufous-winged Woodpecker). Nous finissons notre visite de ce sentier en cochant un Tyran à ventre d'or (Golden-bellied Flycatcher), un couple de Manakins ornés (White-ruffed Manakin) et un Bécarde cannelle (Cinnamon Becard).

Retour au Celeste Mountain Lodge pas trop tard, pour avoir le temps de chercher le Motmot nain (Tody Motmot). Le sentier n'est certes pas en meilleure condition que la veille. Aussi, nous ne sommes que cinq braves à nous y aventurer, usant de moult précautions. Et, comme pour en remettre davantage, la pluie se remet de la partie. Le motmot espéré ne répond pas, mais une belle surprise se matérialise avec l'apparition d'un autre très rarement observé motmot au Costa Rica, soit le Motmot à bec caréné (Keel-billed Motmot).  La vision est courte, mais probante.

Notre liste quotidienne rapporte 93 espèces observées et notre liste cumulative en est à 282 espèces.
 





© 2009 Laval Roy